Comment un tableau de bord peut aider votre entreprise?


Lorsque vous implémentez du changement, de l’amélioration, ou voulez tout simplement suivre la performance de votre entreprise, les tableaux de bords fournissent le meilleur outil de mesure.

Les tableaux de bord (Balanced scorecards de Robert Kaplan et David Norton) combinent une formulation de la stratégie et les données nécessaires pour la gestion dans une solution unique. Plus d’info

Leur représentation simplifiée des objectifs stratégiques collée aux activités commerciales facilite l’alignement constant, la communication à tous les niveaux de l’organisation et le suivi de la performance de l’organisation. Les tableaux de bord permettent ainsi des ajustements précis au temps opportun.

Les tableaux de bord peuvent aider votre organisation par une COMMUNICATION UNIFORME de la stratégie commerciale à tous, en facilitant la compréhension des activités spécifiques permettant l’obtention les objectifs stratégiques.

Lorsque mis en place efficacement, les tableaux de bord peuvent être utilisés comme un outil d’analyse de la performance des entreprises et aider les organisations de plusieurs façons.

8 raisons qui font qu’un tableau de bord puisse aider votre entreprise

  1. Arrimer la stratégie de marketing à celle des ventes
  2. Améliorer la communication entre les objectifs de gestion et les employés
  3. Mettre davantage l’accent sur les bons résultats en éliminant les données non nécessaires (bruit)
  4. Mettre davantage l’accent sur les activités permettant la rencontre des objectifs financiers
  5. Mieux comprendre le cause à effet entre les processus d’affaires, les employés et les clients face aux activités et aux finances.
  6. Aider les dirigeants à prioriser les efforts sur les bons points (produits, clients, territoires, etc.) et prendre des décisions éclairés basées sur des informations factuelles.
  7. Forcer la création d’une stratégie cohérente, d’objectifs appropriés et l’allocation des ressources.
  8. Aider les employés à donner le meilleur d’eux-mêmes

Le marketing connaît une profonde mutation. Comme le décrit Michel Dionne, Directeur du programme de certification en ventes-marketing à l’Université Laval, « Par intelligence d’affaires (Business Intelligence [BI]), on entend la transformation des données en information pouvant servir à la prise de décisions. Avec ces connaissances en main, les gestionnaires peuvent prendre de meilleures décisions, avec un niveau de confiance accru, afin d’atteindre des profits supérieurs. Ils obtiennent ainsi des avantages concurrentiels qui s’avèrent redoutables. C’est que l’ignorance est une des plus grandes menaces pour l’entreprise moderne. Pire encore, de l’information incomplète peut conduire à des décisions erronées et préjudiciables.

Conclusion

Si personne ne remet en question le bien-fondé des « 4 P » (produit, prix, publicité, place), ne s’interrogent sur le rôle du marketing par rapport aux ventes ou sur la rentabilité spécifique du marketing, la croissance et la compétitivité de ces entreprises sont en péril. Pourtant, la fonction du marketing est essentielle non seulement pour orienter les efforts des ventes dans la bonne direction, mais pour en mesurer les résultats.

Pour savoir qui à acheté quoi, où, de qui, à combien… l’intelligence d’affaires (BI) et les tableaux de bords fournissent le meilleur outil de mesure et facilite grandement l’atteinte des objectifs.


SOURCE:

16 réflexions au sujet de « Comment un tableau de bord peut aider votre entreprise? »

  • Merci Michel,
    Dans la vision de plusieurs propriétaires de PME, une pause pour réfléchir et de procéder à une petite analyse, avant de réagir impulsivement ou émotivement, est très rentable. Seulement se poser la question de comment les impactes de cette décision pourraient être mesurés, nous amène à une ébauche de solution et de créer la distance nécessaire à la prise de décision.
    La question est « Pourquoi cette réticence? » En effet pourquoi cette approche est souvent perçue comme théorique, abstraite, intellectuelle, à l’écart de la réalité?
    Je mentionne souvent en guise d’exemple:
    Nous connaissons tous quelqu’un qui a assemblé un BBQ sans avoir lu les instructions au préalable. Parce qu’il lui restait des morceaux à la fin de l’assemblage, il a du le démonter et le remonter au complet. Il en va de même pour l’efficacité et la productivité en entreprise.
    Voir: Arrêter pour mieux repartir!
    Normand

  • Bonjour Normand,
    Merci pour votre message de valeur.
    Nous constatons que le propriétaire d’une PME, dans le commerce de détail, est tellement occupé par ses clients qu’il oublie vos bonnes recommandations.
    Il en va de même avec les problèmes liés à la succession.
    Je tente, avec mes clients, de travailler les différents sujets, avec pour but de leur permettre d’augmenter le temps passé avec les clients.
    Dans ce but je pense revenir à vous pour évoquer le sujet.
    Bien à vous,
    Michel Rodel

  • @Michel,
    Par BSC vous voulez dire, BSC qui aide à dresser une architecture fonctionnelle et technique issue d’une analyse des besoins et d’une définition des priorités; si c’est le cas, c’est exactement cela.
    En effet, plus la réalisation du tableau est automatisée, plus le temps d’entretien est réduit, moins l’outil aura de chance d’être abandonné et plus il apportera un soutien à la prise de décision.
    Par contre pour son application en PME, je dirais qu’au contraire, le besoin est bel et bien réel. Par contre ces PME ne peuvent se payer des logiciels de BI comme Cognos de IBM, c’est pourquoi nous utilisons Excel qui est un logiciel très performant et très abordable.
    Les plus petites entreprise veulent la solution sans faire l’analyse des besoins et la définition des priorités, mais quel indicateurs clés seront analysés? Le tableau de bord n’est que la résultante de cette analyse et l’outil de maintien des objectifs visés. Par contre cette analyse n’a pas à être aussi évoluée et complexe que dans les très grandes entreprises, il faut toujours faire le rapport entre l’efort, le coût et le retour.
    Normand

  • Bonjour Normand,
    J’ai étudié le sujet en 2008 et 2009.
    A tord ou à raison je suis d’avis que l’approche globale n’est pas gérable pour une PME.
    Une solution BSC légère nous serais certainement utile.
    Administrateur également d’une entreprise avec plus de 4000 collaborateurs je constate l’utilité et une réelle proportion entre temps investi et le soutien de la Balanced Scorecard .
    Me réjouis de suivre le sujet.
    Michel

  • Bonne question Jean-François.
    L’approche traditionnelle de gestion (Accounting driven) récupère les données du mois et sont présentées dans le meeting administratif au milieu du mois suivant. L’analyse du mois précédent, amène forcement une analyse d’un mois de vente qui est terminé et où rien ne peut être changé. Pire encore la moitié du mois courant est déjà passée!!!

    Voir: http://www.quotientmanagement.com/si-vous-ne-pouvez-pas-le-mesurer-vous-ne-pourrez-pas-le-gerer/

    Une gestion proactive des ventes, du marketing et/ou de l’administration prévoit un bilan hebdomadaire afin d’amener les correctifs (ajuster le tir) pour rencontrer les objectifs mensuels et trimestriels. Dans certaines activités, comme la comptabilité, ces rapports sont en temps réel et dans le service aux clients, les rapports sont sortis 2 fois par jour ou à la fin de la journée.
    Alors ce n’est certainement pas de la vielle information, mais une image de la rencontre des objectifs pour prendre les décisions et les corrections qui s’imposent pour rencontrer les objectifs.
    Les objectifs sont donc une représentation de l’avenir souhaité, comme lorsque que vous mentionnez qu’il devrait y avoir une méthode de prévisions à court et moyen terme revue et corrigée régulièrement doit s’ajouter à ce tableau de bord. C’est ça les objectifs.
    Avec un suivi des résultats passés, en corrélation avec les objectifs visés dans le même tableau, il est possible de faire une gestion très précise. Le but n’est pas de prédire l’avenir comme par magie, mais de faire plusieurs petites analyses, plusieurs petits ajustements avec un objectif bien communiqué et endossé de tous. La précision des objectifs est généralement obtenue par une bonne analyse du passé, pour le répliquer dans un avenir. Ces objectifs doivent être ajustés pour suivre les tendances et garder leurs précisions.
    Après tout, avez-vous déjà vu quelqu’un prendre un ascenseur sans avoir une destination prévue!

    En fait un tableau de bord n’est qu’un OUTIL DE SUIVI des processus, des systèmes, et des améliorations apportées. Tout outil (ex : CRM) n’est pas une fin en soit, mais un outil qui doit se mouler aux processus (approche qualité, mapping), sans créer de doublons inutiles (mapping systèmes) ou de rapport non utilisés (waste). Dans une vision de développement durable, c’est la seule manière d’assurer le succès et l’endossement des changements.
    Pour construire une maison, il faut mettre la plomberie et l’électricité avant les murs! N’est-ce pas?
    J’espère que cela répond à votre question. Vous pouvez m’appeler si vous voulez en discuter.
    Normand

  • Bonjour. J’ai une question pour vous deux (Normand et Carl) Bien que je considère extrêmement utiles les tableaux de bord dans la gestion d’une unité de production ou de services, Ceux-ci ne sont-ils pas simplement le reflet du passé? Même pour un passé très proche, ils ne démontrent que les effets des bonnes ou les mauvaises décisions prisent avant.
    Ils ne permettent pas de prévenir les effets d’un changement subit à l’organisation ou au marché dans lequel l’unité de travail opère. Je crois qu’un méthode de prévisions à court et moyen terme revue et corrigée régulièrement doit s’ajouter à ce tableau de bord. Aussi, même ces prévisions peuvent être « tableau de bord-isé » afin de mesurer et corriger les méthodes de calcul des prévisions. Quand dites-vous?
    Jean-François Chénier, ing. chez Raymond Chabot Grant Thornton et Président du comité Marketing et recrutement chez AIEQ

  • Merci de ton commentaire Carl.
    En effet c’est un outil parfait pour ce genre de gestion. Il y aurait peut-être possibilité de joindre d’autres indicateurs clés de performance dans le même tableau?? À toi de voir. Avec la fonction de drill down (forage de donnés), la page principale du tableau peut contenir plusieurs paramètres reliés.
    Plus il y a de données croisées dans le même tableau, plus il devient un outil de gestion complet.
    Normand

  • En effet, pour prendre les bonnes décicions, il faut avoir des outils de mesures. Une fois les mesures prises et analysées, elles nous permettent d’orienter nos efforts sur les vraies faiblesses de l’entreprise afin d’obtenir un meilleur rendement.
    Les tableaux de bord sont essentiels pour tous les départements. Ils sont visuels et l’évidence des problèmes ressort facilement et précisément ce qui permet de prendre les bonnes décisions et d’optimiser son temps de travail pour éviter de travailler sur des non problèmes prioritaires.
    Moi qui est un passionné de la maintance proactive, si je veux améliorer la fiabilité de mes équipements je dois en premiers lieux ciblés les équipements en défauts pour éviter les arrêts non planifiés de la production.
    Donc, c’est pourquoi les tableaux de bord sont tout à fait légitimes pour une gestion optimum des effectifs et pour l’amélioration des délais de production.
    CM Ingénieur Projets – Innovation – Maintenance

  • @ Anne, en effet c’est la raison même d’exister d’un bon tableau de bord. Félicitation si tu as réussie toi même à monter ce tableau de bord et qu’il a rencontré les objectifs.
    Normand

  • Moi, au contraire, j’ai bâti un tableau de bord pour un département de service à la clientèle et ça a vraiment aider la direction à avoir une meilleure image de ce qui se passait, à prendre de meilleures décisions et à adresser les problèmes. C’est plus facile de régler les vrais problèmes quand on a des faits
    Anne Bastarache, Enseignante – Lancement en entreprise chez Commission scolaire Les Patriotes
    et •Consultante chez A B B communication marketing

  • @Sylvie, les qualités d’un bon tableau de bord sont reconnues par leurs simplicités d’utilisation et n’avoir que l’information nécessaire à la prise de décision et que l’information comparé aux objectifs de croissance visés, sinon ils seront abandonnés et jugés inefficaces. Monter un bon tableau de bord est un art. Le terme tableau de bord est un terme souvent utilisé pour de simples rapports non reliés entre eux d’une manière automatisée..

    Comme mentionné dans ce ticket:
    http://www.quotientmanagement.com/tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sur-les-dashboards-de-gestion%e2%80%a6/

    Évitez les erreurs les plus courantes dans la conception de tableaux de bord :
    – Fournissez aux utilisateurs les informations dont ils ont besoin rapidement et clairement
    – Appliquez ce que nous savons maintenant sur la perception visuelle pour créer une présentation visuelle optimisée de l’information
    – Réduisez les distractions, les clichés, et les ornements inutiles qui créent la confusion
    – Organisez l’information commerciale pour soutenir le bon sens et la facilité d’utilisation
    – Créez une expérience esthétique et minimaliste de visualisation
    – Maintenez la cohérence de la conception pour fournir une interprétation précise

    Un bon tableau de bord c’est :
    – Une version unique de la vérité: des objectifs communs et connus
    – L’élimination de la confusion
    – Un gain de temps pour mieux décider

  • @Normand. Je n’ai eu qu’une seule expérience avec le tableau de bord et j’en ai encore de l’urticaire ;-) J’ai trouvé que c’était rigide, aseptisé et bien loin de la réalité de l’entreprise. J’avais l’impression de travailler pour le tableau de bord et non pour l’entreprise. Est-ce dû au format ou à l’application qui en avait été faite? Je me pose la question depuis un bon moment et j’ai l’impression que tu as la réponse…
    Sylvie Cajelait, Communicatrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.