Comment reconnaître le bon timing pour un projet de changement.


Les défis de croissance engendrent nécessairement du changement dans les organisations.

Qu’il soit graduel ou modeste, un changement se traduit généralement par un projet d’amélioration continue ; comme du Kaizen (+) ou par un changement plus radical, qui se traduira généralement par de la réingénierie des processus de gestion et des systèmes d’affaires.


La question piège est: Quand passe-t-on d’une étape de changement mineur à la prochaine étape de changement plus importante?

En principe la réponse est simple : lorsque l’argent investi pour augmenter la qualité ne génère pas de valeur substantielle pour justifier des investissements supplémentaires en amélioration continue.

Timing volonté désir changement optimisationEn pratique, tout semblerait donc être une question de TIMING!

Sommes-nous prêts à changer? Sommes-nous prêts à s’améliorer?

Nous ne pouvons combattre la vertu, être contre l’amélioration. Mais avons-nous la volonté de changer? Si oui, le timing devient secondaire et le désir profond passe en premier.

En fait tout tourne autour de la question du DÉSIR profond.

Selon une étude effectuée par Michael Hammer (Reengineering the enterprise) auprès de 530 entreprises qui ont initié un programme de changement, 80% des projets ont échoués. Pourquoi ? Parce que l’entreprise, les hauts dirigeants n’étaient tout simplement pas convaincus et ne supportaient pas totalement la démarche.

Il existe 6 conditions au succès du changement. Il doit y avoir :

    1. un sentiment d’urgence partagé
    2. une coalition de personnes convaincues (75 % des cadres supérieurs)
    3. une vision, puis la communiquer
    4. l’autorité à changer (empowerment)
    5. planifier des petites victoires, puis les consolider
    6. institutionnaliser les nouvelles approches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.