Arrêter pour mieux repartir!


Plusieurs entreprises considèrent comme une perte de temps, le fait d’arrêter et de se poser les bonnes questions pour se doter d’un plan stratégique qui permettera de mieux performer par la suite.

En effet nous connaissons tous quelqu’un qui a assemblé un BBQ sans avoir lu les instructions au préalable. Parce qu’il lui restait des morceaux à la fin de l’assemblage, il a du le démonter et le remonter au complet. Il en va de même pour l’efficacité et la productivité en entreprise.

Martin Jolicoeur du Journal Les affaires dans un article paru le 23 mai 2009: Pourquoi faire un plan stratégique? Pourquoi pas?, mentionnait que le fait de négliger la révision annuelle du plan stratégique de votre entreprise serait aussi risqué que de continuer de gérer le Canada comme s’il se trouvait toujours en période de prospérité.

Plan stratégique - planificationUn plan stratégique permet de coordonner les efforts dans un ensemble, ce qui empêche des erreurs, des dédoublements et des inefficiences.

Un peu comme dans la construction d’une maison, on ne peut pas mettre la peinture avant les mûrs ou la fondation après la charpente.

Un plan stratégique devrait répondre à des questions comme celles-ci :

  • Quels sont vos objectifs pour la prochaine année financière?
  • Quels sont-ils à court terme?
  • Est-ce que vos objectifs sont facilement quantifiables?
  • Sont-ils suffisamment précis?
  • À quelle vitesse désirez-vous croître?
  • De quelles ressources disposez-vous?
  • Listez les actions à prendre dans l’année, telles que les pamphlets ou catalogues à imprimer, les trade show à faire, les publicités à produire, etc.
  • Combien de ventes promotionnelles prévoyez-vous faire?
  • Comment prévoyez-vous évaluer et quantifier le retour de telles ventes promotionnelles?
  • Quel est le marché global – industriel, consommation, local, à l’exportation?
  • Est-ce un marché en croissance ou en régression? De combien?
  • Est-ce que les influences saisonnières vont se maintenir cette année?
  • Qui sont les principaux compétiteurs et quelle part de marché ont-ils?
  • Etc.

 Citations:

Il faut avoir une stratégie, mais il faut qu’elle soit souple, c’est l’instinct qui nous dit quand il faut changer de stratégie. Les deux sont importants mais on ne peut pas avoir l’un sans l’autre. (Paul Desmarais, financier canadien)

L’essence de la stratégie est le choix d’accomplir ses activités d’une manière différente de celle de ses concurrents. (Michaël Porter, professeur et théoricien américain)

Toutes les entreprises ont besoin d’une stratégie pour que leurs salariés sachent ce qu’ils ne font pas. (Scott Adams, Créateur du personnage Dilbert dans la Bande dessinée Le Principe de Dilbert)

Uniformisation de l’information ? Bien sûr, et même utilisation de cette uniformisation comme arme stratégique. (Christine Ockrent, journaliste française)

La valeur d’un général réside dans sa stratégie et non dans son courage. (Proverbe chinois)

7 Erreurs à éviter… particulièrement en période difficile.

Main webLes dirigeants d’entreprise doivent éviter de nombreuses erreurs lorsque vient le temps de réviser leur planification stratégique. Voici les principales à éviter, selon Pierre Lainey, professeur à HEC Montréal.

1 Vouloir tout gérer seul    » Rien ne sert de jouer au surhomme. Il faut consulter. Les meilleures idées surgissent souvent de vos employés. « 

2 Cacher les mauvaises nouvelles « On serait étonné de voir à quel point les employés sont prêts à collaborer en temps difficiles. À condition, toutefois qu’ils sentent qu’on leur dit la vérité. »

3 Croire que le temps arrangera les choses   » Les problèmes ne s’arrangent jamais d’eux-mêmes. Cela nous arrange de le croire, mais dans la réalité, ne rien faire empire le problème. « 

4 Rechercher le consensus à tout prix   » Vous ne rendrez jamais tout le monde heureux. Consulter, c’est chercher de l’information. Il faut que cela soit très clair. Ce n’est pas une obligation de tenir compte de l’avis de tous. « 

5 Présumer trop rapidement que les choses sont revenues à la normale  »Attention au mirage. Comme l’oasis dans le désert, la reprise est toujours plus lointaine qu’elle le semble. Mieux vaut prévoir le pire. Et avant de relâcher les rênes, mieux vaut vérifier à deux fois pour s’assurer de ne pas être victime d’une illusion d’optique. »

6 Prendre des décisions qui reposent sur des perceptions ou des rumeurs   » On ne le dira jamais assez : il importe de rechercher des renseignements fiables avant de prendre des décisions. L’expérience d’anciens dirigeants et le recours à des experts-conseils peuvent être d’un grand recours. « 

7 Ne pas tenir ses partenaires informés de la situation   » Comme les passagers d’un avion qui traverse une zone de turbulence, les partenaires, les fournisseurs et les clients aiment que le capitaine les tienne régulièrement au courant de l’évolution de la situation. « 

Source: http://www.lesaffaires.com/article/0/publication–lesaffaires/2009-05-23/493736/planifiez–surtout-en-temps-de-crise-.fr.html    martin.jolicoeur@transcontinental.ca

3 réflexions au sujet de « Arrêter pour mieux repartir! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.