10 raisons de ne pas utiliser des chiffriers pour mettre en œuvre vos tableaux de bord


Alors que les feuilles de calcul et chiffriers sont des outils appropriés pour certaines tâches, l’implantation de tableaux de bord via les tableurs et chiffrier va souvent échouer parce que …

1. Les feuilles de calcul sont telles qu’elles incitent les utilisateurs à se concentrer sur le style plutôt que sur le contenu.  Les gestionnaires entrent souvent en mode de concours « qui a le plus beau graphique » et deviennent parfois des experts dans la présentation des données selon leurs propres modèles. Les véritables solutions de tableaux de bord se concentrent sur de vrais indicateurs clés de performance préétablis et forcent l’analyse causale, permettant ainsi aux équipes de gestion de performer à leur meilleur, en enlevant le superflu de l’équation.

2. Les feuilles de calcul prennent beaucoup de temps à construire.  Créer et maintenir des feuilles de calcul prend beaucoup de temps. Placer les données, créer des graphiques et des tableaux de bord est un long processus. Alors que le « reporting » est une activité de gestion, vous ne voulez pas que vos dirigeants perdent leur temps dans le travail de secrétariat. Le bon outil sera simple et rapide d’accès, avec des rapports intégrés et des tableaux de bord facilement personnalisables.
no_spreadsheet
3. Les feuilles de calcul ne sont pas conçues pour un effort de collaboration et ne favorisent pas le travail d’équipe.  Les objectifs de l’entreprise sont souvent partagés entre les membres de l’équipe avec des « targets » et des projets communs qui influencent les mêmes résultats. La bonne solution doit permettre aux utilisateurs de partager instantanément les données, de façon sécuritaire. La bonne solution doit permettre l’accès aux données partout et à tout moment.

4. Les feuilles de calcul tout en étant très flexibles, laissent place à des incohérences et des erreurs.  Certaines personnes de l’équipe de direction arriveront avec leur propre format et leur propre style des tableaux de bord et feuilles de calcul. Les rapports seront alors si contradictoires que seuls les auteurs vont vraiment être en mesure de naviguer rapidement au travers des résultats. Une bonne solution de tableau de bord consiste à fournir des formats basés sur des modèles uniformes que toute l’équipe peut apprendre à utiliser et à profiter.

5. Les feuilles de calcul ne sont pas conçues pour le monde mobile ou le multi-sites.  Elles deviennent rapidement impraticables lorsque le système de tableau de bord devient une solution de «gestion par courriels rapides ». Une bonne solution permettra aux équipes de gestion d’accéder à la stratégie et aux résultats actuels via le Web et depuis n’importe quel appareil.

6. Les feuilles de calcul ne sont pas vraiment conçues pour le forage de données.  Même si elles comportent souvent les fonctions de base d’interrogation, elles deviennent très vite impraticables. Les organisations ont besoin d’analyser rapidement leurs données stratégiques, opérationnelles et tactiques. Une bonne solution sera orientée « base de données » où les requêtes peuvent être exécutées rapidement, les tendances facilement détectées et les rapports générés rapidement pour faciliter le travail d’analyse.

7. Les feuilles de calcul n’ont pas la conservation intégrée des données ou encore des différentes versions des données.  Il faut généralement beaucoup de travail manuel et de « COPIER-COLLER » pour effectivement conserver les ensembles de données précédents, ce qui rend l’utilisation souvent peu pratique. Les équipes de gestion ont besoin d’accéder aux ensembles précédents de données et de distinguer rapidement les anciennes données des données actuelles. Une bonne solution conserve et suit les modifications de données afin de permettre des comparaisons faciles et des rapports à ce sujet.

8. Les feuilles de calcul ne sont pas de très bons outils pour gérer les changements de contenu.  Il est souvent difficile de voir et de comprendre rapidement les modifications apportées entre deux versions, ce qui force à relire toute la feuille à nouveau. Les changements stratégiques ou les modifications d’exécution de la stratégie doivent être accessibles et très bien communiqués pour éviter les malentendus. Un bon outil permettra à ses utilisateurs d’être informés des modifications importantes en temps réel.

9. Les feuilles de calcul ne sont pas intégrées dans le sens où elles ne peuvent souvent pas transporter tous les éléments nécessaires d’un plan stratégique, des objectifs opérationnels, des mesures, des programmes et du cadre d’imputabilité.  Une bonne solution fournira une solution intégrée avec une cartographie claire entre les différentes composantes de la stratégie et de son exécution.

10. Les feuilles de calcul n’ont pas de gestion intégrée du flux de travail et ne peuvent donc pas aller facilement à travers les cycles d’approbation autrement que par essais-erreurs ou par courriels confus et grugeurs de temps.  Les éléments de la stratégie et de son exécution doivent avoir un statut clair à n’importe quel moment. Une bonne solution permettra aux utilisateurs de définir des processus de flux du travail, d’approbation et de notification comme intégré à l’outil.

3 réflexions au sujet de « 10 raisons de ne pas utiliser des chiffriers pour mettre en œuvre vos tableaux de bord »

  • Merci pour votre intérêt sur les tableaux de bords Ali. Il y a plusieurs niveaux de capacités de tableaux de bords, de novice à expert. Il n’est pas possible d’atteindre le niveau expert avec un tableau de bord fait par ‘self-service’. Il faut discuter avec un expert pour comprendre ce qui conviendrait à votre organisation. J’écrirais la semaine prochaine un article sur les tableaux de bords.

  • Article intéressant. Mais si les feuilles de calcul ne sont pas privilégiées, quel est le bon outil pour élaborer le tableau de bord?
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.